Ne sommes-nous pas des nomades ?

Auteur : Izaaak Diggs (mai 2014)

Je ne peux pas m’empêcher de penser à cette scène de Lost : Jack, bouleversé et portant une barbe hirsute à la Jim Morisson, n’arrête pas de répéter : « Nous devons repartir ! ». Il est hanté par l’Île, elle ne l’abandonnera jamais. Je ressens la même chose avec la route. Parfois, je suis à deux doigts de m’enfuir de cette pièce, de me mettre au volant d’un van ou d’un camion et de foncer vers le désert. Je me vois errer sans autre destination ou but que celui de découvrir de nouveaux endroits, d’engranger des exp

ériences. Je m’imagine des soirées à siroter du whisky au comptoir d’un bar d’un coin paumé, à écouter les conversations des gens qui m’entourent. C’est tellement précis que je sens cette odeur d’essence et ce goût mat du Jameson.

Je suis de nouveau à Portland, en ce moment. Je suis là, physiquement. Mais mon esprit est resté dans le désert. Nous devons repartir !

American-Desert_DCE

 

 Une partie de moi est en colère contre le fait que je ne sache pas boucler ma ceinture et trouver un vrai travail, ce qui pourrait nous permettre, ma copine et à moi, d’avoir un endroit à nous. Une partie de moi se sent égoïste de ne pas faire que la majorité de mes amis ont réussi : faire carrière, avoir un endroit stable où vivre, et faire tous ce que les adultes sont censés faire.

Je comprends également que ça ne marche pas pour tout le monde et qu’on ne peut se forcer à faire des choses qui ne sont pas dans notre nature. Certains sont voués à voyager, à vivre de peu et à dormir sur les aires d’autoroute, dans les parcs ou dans les hôtels miteux des petites villes. Je pense à tout ça et je suis sur mon petit nuage, puis je deviens triste parce que je sais que je ne peux pas le faire maintenant.

Le « ne peux pas » est mélangé à une bonne dose de « ne devrait pas » : je vis avec quelqu’un. Je l’aime et je veux être avec elle, elle a besoin d’un endroit stable pour élever sa fille adolescente. Être sur la route avec ma copine est impossible pour l’instant, et ce sera peut-être toujours le cas.

Je partage ceci avec vous parce que peut-être que vous comprenez ce que je ressens. Vous vous trouvez peut-être dans une salle d’attente, au travail, vous lisez ce que j’écris et cela fait totalement sens. Peut-être que vous passez des heures sur Leboncoin à chercher un van ou à lire des choses à propos de Bali, Rio, La Paz. Vous vous êtes toujours réfréné parce que vous avez un prêt à rembourser ou que vos gamins ont besoin d’un appareil dentaire, ou peut-être même les deux. Vous vous forcez donc à accrocher votre ceinture et à faire ce que vous pensez être votre devoir.

Cependant la route vous hante, n’est-ce pas ? Tous ces noms que vous avez vu sur des cartes ou sur votre smartphone, ou peut-être un article paru il y a trois ans et que tout le monde a désormais oublié vous hantent…
Nous devons repartir !

Dans un instant, je vais me concentrer uniquement à chercher un travail. Candy et moi avons besoin de trouver un endroit en mai, nous cherchons donc tous les deux un travail stable. J’essaie de me concentrer là-dessus, j’essaie vraiment. Elle me parle des choses que l’on devrait faire, ici à Portland, et elle me demande de réfléchir à des choses qu’on pourrait faire dans le coin, et j’essaie vraiment. Mais mon esprit est ailleurs. Il y a tant de routes, tant de villes, tant d’endroits à voir avant de mourir, et je ne peux pas m’empêcher d’y penser. J’ai vu des photos, bien sûr, mais j’ai besoin de ressentir cette brise, ces accents, cette odeur d’arbres.

Je sais que vous comprenez tout cela, peut-être même que vous ne le comprenez que trop bien.

Que pouvons nous faire ? Quelle est la bonne décision ? Quelle vie fait sens à la fois dans nos cœurs et dans nos têtes ?

Ne sommes-nous pas des nomades ?

Est-ce que ce les réponses viendront plus facilement avec le temps ?

Je l’espère, pour chacun d’entre nous.

Partage cet article
Suivre
Vagabond Journey édition Française

Pierre a rencontré Wade lors de son voyage en Islande. S'il est resté plus de quelques jours, c'est bien grâce à lui. Étudiant en traduction à Toulouse, il est passionné par les voyages et les récits que les gens en font. Vous pouvez retrouver son site internet à cette adresse : http://pierrelrnt.wordpress.com

Pierre Laurent a écrit 30 articles pour vous.

Previous post:

Next post: