Le hasard fait bien les choses, alors s’épuiser à tout planifier ?

Île de Skye, Écosse – C’est vraiment néfaste de tout prévoir lorsqu’on voyage.

Si tu voyages, c’est que tu veux découvrir un nouveau pays, une atmosphère nouvelle. Alors pourquoi ne pas laisser place au hasard ? C’est un lieu commun que de dire “les meilleurs évènements qui arrivent sont ceux qui n’ont pas étés prévus“, mais c’est pourtant vrai dans de nombreuses situations. Et surtout lorsqu’on voyage.

Au Maroc, Natalia et moi-même avions prévu de faire une rando de quelques jours dans les montagnes de l’Atlas puis d’aller visiter Ouarzazate. Nous n’avions pas réservé d’auberge là-bas, mais nous savions qu’il y en avait un paquet. Et heureusement que nous n’avions rien réservé ! Nous souhaitions seulement faire  une rando jusqu’au sommet du Toubkal et repartir à Marrakech afin d’effectuer le transfert en bus. Puis, la veille de commencer la rando, lorsque nous nous promenions à Imlil, nous avons rencontré un guide qui nous a assuré qu’il était possible de continuer la rando jusqu’à la route de Ouarzazate. Cela nous évitait de repasser par Marrakech. Nous avons donc suivi son conseil. Sur le chemin, nous avons rencontré Mohammed : il nous a hébergé chez lui, dans un petit village perdu dans les montagnes. Nous sommes restés deux nuits chez lui, il nous a fait la visite de son village, du souk, de tous les bars à thé du village. Un paradis.

Le jour où nous devions repartir, nous avons croisé les instituteurs du village : ils nous ont appris qu’il n’y avait pas de bus ce jour là pour partir de la vallée. Angoisse. Nous avons passé la journée dans l’école, et finalement un des professeurs nous a hébergé chez lui. C’était incroyable.

Nous n’aurions jamais vécu cela si nous avions prévu un plan et qu’on l’avait respecté à la lettre. Le hasard fait bien les choses.

Il y a quelques jours, j’attendais la navette pour aller à l’aéroport – direction l’Écosse. Une femme et sa fille m’ont abordé pour me demander l’heure. Nous avons continué à parler dans le bus, et la discussion ne s’est pas arrêtée avant que l’on se sépare, une fois à Édimbourg.

Avant même de prendre l’avion, elles m’avaient invité à manger chez elles le samedi.

La famille Delvin habite dans les environs de Glasgow : je n’avais pas prévu d’aller dans cette ville avant la fin de mon séjour, pour prendre l’avion. Je souhaitais partir d’Édimbourg le jeudi en direction du nord. Finalement, je me suis laissé porter par le hasard de cette rencontre. J’ai découvert la ville d’Édimbourg, et je suis parti pour Glasgow le vendredi – ils m’attendaient pour manger le samedi midi.

Édimbourg Quand t'es dans le brouillard, laisse toi porter par le hasard.

Édimbourg, Écosse
Quand t’es dans le brouillard, laisse toi porter par le hasard.

À Glasgow, je dormais dans une auberge de jeunesse. De nombreuses autres personnes voyageant seules étaient là. Hier soir, après avoir passé la journée avec les Delvin, un des backpackers de l’auberge nous a parlé d’un concert qu’on lui avait fortement conseillé d’aller voir. Personne ne savait quel genre de musique c’était. Assez peu enjoué par la proposition et par le manque d’informations, fatigué, je pensais d’abord décliner l’invitation. Finalement, lorsqu’ils sont partis je les ai suivi, j’ai payé avec réticence les 7£ pour l’entrée. C’était le meilleur concert que j’avais vu depuis longtemps.

Le hasard fait bien les choses.

Attention, je ne dis pas qu’il faut partir à l’aveugle. Il y a une nette différence entre prévoir et se renseigner. Lorsque je pars, je sais toujours plus ou moins ce que je veux faire et dans quels coins je souhaite aller. Je regarde les auberges ou les campings (selon le climat) qui se trouvent dans les environs, je regarde leurs disponibilités sur internet ou en téléphonant, et je pars, toujours à l’esprit que mon plan peut changer complètement d’un jour à l’autre, en fonction des rencontres et des envies subites.

Après le concert d’Over The Wall, je discutais avec une autre cliente de l’auberge. Elle me disait revenir des îles de l’Ouest, l’endroit où je comptais partir le lendemain. Elle avait séjourné quelques jours dans une petite île isolée, l’île d’Eigg. En voyant son sourire, l’étincelle dans ses yeux lorsqu’elle parlait de sa soirée passée avec les iliens, de ses randonnées, je n’ai eu qu’une envie : partir là-bas, moi aussi.

Je me suis renseigné : j’avais pensé bien faire en réservant un billet de train depuis les Highlands jusqu’à l’aéroport la veille de mon vol de retour. Cette option m’empêche désormais d’aller sur Eigg, à moins de me précipiter, de passer mon temps sur la route.

Ça m’attriste un peu, mais je sais que le hasard fait bien les choses : je suis certain que ma journée de demain sera pleine de surprises.

Partage cet article
Suivre
Vagabond Journey édition Française

Pierre a rencontré Wade lors de son voyage en Islande. S'il est resté plus de quelques jours, c'est bien grâce à lui. Étudiant en traduction à Toulouse, il est passionné par les voyages et les récits que les gens en font. Vous pouvez retrouver son site internet à cette adresse : http://pierrelrnt.wordpress.com

Pierre Laurent a écrit 30 articles pour vous.

Previous post:

Next post: