Conseils pour voyager en avion avec des enfants

Auteure : Chaya Shepard (2012)

Attacher un enfant à un siège dans un long tube en métal et lui dire d’y rester assis sans faire de bruit pendant 3 à 15 heures ne fonctionne pas toujours aussi bien que prévu. En clair, voyager en avion avec des enfants est tout un art.

Vous ne devez pas seulement, en tant que parent, vous assurer que vos enfants se sentent bien et ne s’ennuient pas (ce qui est une tâche ardue en soi) mais également vous assurer qu’ils n’enquiquinent pas les autres passagers assis autour de vous. Je dois avouer que même si je suis un papa qui voyage avec une petite fille, je rouspète dans ma barbe lorsque je vois que des bébés ou des jeunes enfants s’installent près de moi dans les avions. Ma fille voyage depuis qu’elle a six semaines et elle connait les règles : elle s’assoie, traine, dort, regarde des vidéos et des livres jusqu’à ce qu’on arrive à destination. C’est une voyageuse expérimentée, le voyage fait partie intégrante de sa vie, et en avion, elle n’a pas encore atteint le degré d’enquiquineuse qui lui est naturellement accordé sur la terre ferme. Elle gère bien, mais ce n’est pas par hasard : ma femme et moi avons mis en place un système complexe afin que nos voyages se déroulent aussi tranquillement et agréablement que possible. Après tout, prendre l’avion est la chose la plus chère que nous faisons, donc on doit au moins pouvoir en profiter.

Pour cela, il faut une préparation et un plan. Ci-dessous, quelques tuyaux pour prendre l’avion avec des enfants, par Chaya, ma femme :

Acheter vos billets

  1. Lorsque vous réservez vos billets, calculez si vous voulez ou non faire des escales. Les escales vous permettent de faire des vols (en anglais) plus courts avec des pauses entre pour vous dégourdir les jambes, mais augmentent le temps total de voyage ainsi que celui des décollages et atterrissages ce qui peut être douloureux pour les oreilles sensibles de votre bébé.
  2. Les enfants de moins de deux ans n’ont pas besoin de leur propre siège et peuvent voyager gratuitement sur les genoux de leurs parents. Cependant, si vous souhaitez qu’ils voyagent dans un siège auto, vous devez payer leur place.
  3. Si vous voyagez avec votre enfant sur les genoux, appelez votre compagnie aérienne après avoir réservé pour leur confirmer que vous voyager avec un enfant en bas âge et leur demander s’ils disposent de couffins. Ils sont disponibles sur la plupart des vols internationaux, on fournit à votre bébé son propre couffin, ça peut vous sauver la vie !

Dans l’aéroport

  1. Donnez-vous du temps. Assurez-vous d’arriver tôt à l’aéroport pour l’enregistrement. Si vous faites des escales, faites en sorte d’avoir suffisamment de temps entre les vols. Les choses prennent beaucoup plus de temps lorsqu’on est en compagnie d’enfants, et il est généralement plus facile de les faire manger, de changer leurs couches et leurs habits dans un aéroport plutôt que dans un avion. Voyager peut être stressant et même les nourrissons peuvent ressentir le stress généré par les parents, ne rendez pas la tâche plus difficile en vous pressant.
  2. Procédez à l’enregistrement tôt. Lors de l’enregistrement, demandez si le vol est complet. Si ce n’est pas le cas, l’employé de la compagnie aérienne pourra peut être vous placer à côté d’un siège non occupé dans la mesure du possible.
  3. Soyez aimable et ayez l’air inoffensif. Ça fera plaisir aux hôtesses qui peuvent vous donner de la nourriture gratuite pour votre bambin, et aux autres passagers qui pourront vous donner un coup de main pour vos bagages, vous laisser passer devant ou être indulgent si vos enfants sont agités.
  4. Porte-bébé. Vous pouvez utilisez une poussette (elles sont souvent enregistrées directement à la porte) ou un porte-bébé (c’est ce que nous utilisons). Mais dans tous les cas, vous voudrez avoir les mains libres lorsque vous passez le contrôle de sécurité, etc. J’ai porté Petra dans un porte-bébé durant de nombreux contrôles de sécurité aux Etats-Unis et à l’étranger et on ne m’a jamais demandé de l’enlever pour passer les portiques détecteurs de métaux.
  5. Préembarquement ou pas ? Réfléchissez si vous voulez profitez de la possibilité de pré-embarquement si vous voyagez avec de jeunes enfants. Vous pouvez certes éviter de faire la queue et vous pouvez vous installer en premier. Mais vous pouvez également préférer que votre bambin ait quelques minutes supplémentaires pour se dégourdir les jambes dans la zone d’embarquement plutôt que d’être assis sur vos genoux dans l’avion. Généralement, je choisis le préembarquement car cela me permet d’avoir un instant pour demander de l’aide aux hôtesses.
  6. Savoir à quoi s’attendre, surtout si vous n’avez pas beaucoup voyagé en avion auparavant, peut aider à réduire le stress. Demandez conseil à vos amis, à moi-même, ou lisez les conseils et les informations de l’Administration pour américaine de la sécurité des transports (TSA, en anglais) sur la page dédiée aux enfants pour vous guider à travers l’aéroport. On peut trouver le même genre d’informations sur le site d’Air France.
  7. Vous trouverez généralement une aire de jeux quelque part dans l’aéroport, sinon les trottoirs roulants ou les escalators peuvent être aussi amusants.

Une fois dans l’avion

  1. Aidez votre enfant à se débarrasser de la pression dans les oreilles lors du décollage et de l’atterrissage : ça peut être très douloureux. Si vous voyagez avec un bébé, le meilleur moyen est de lui donner le sein ou le biberon. Si vous voyagez avec un plus grand enfant, prévenez-le qu’il va peut-être avoir un peu mal et proposez-lui un bonbon dur à sucer ou un chewing gum.
  2. Vérifiez bien que tout ce dont vous avez besoin est facilement accessible. Je prépare un petit sac que je mets dans le sac à langer et que je place ensuite dans la pochette du siège passager. Dans ce sac je mets : des lingettes antibactériennes, un encas et de l’eau, des couches, des lingettes, un matelas à langer et quelques jouets. Je garde le sac à langer sous le siège devant moi. J’ai des petites jambes, donc ce n’est pas si inconfortable pour moi et ça vaut vraiment le coup de savoir que je n’ai pas à me lever en portant mon bébé, et à ouvrir le compartiment supérieur pour récupérer quelque chose alors que l’avion bouge.
  3. Ce n’est pas le moment d’être timide pour demander de l’aide, surtout si vous voyagez seul avec des enfants. N’hésitez pas à demander au personnel des boissons ou des encas supplémentaires, des couvertures ou n’importe quoi d’autre.
  4. Faites une sélection de divers jouets intéressants. N’emportez pas des jouets en plusieurs morceaux ou qui vont rouler au fond de l’avion lorsque votre enfant les lâche. Par exemple, il vaut mieux choisir une planche à dessin avec un crayon attaché par un fil plutôt qu’un pot à crayon et des feuilles blanches. Prenez des jouets qui stimulent l’esprit pour éviter que votre enfant ne s’ennuie. Prenez à la fois des jouets qui lui sont familiers et un ou deux qu’il ne connaît pas comme récompenses.
  5. Soyez créatif à partir de ce que vous avez. Regardez ensemble le magazine offert dans l’avion, ou prenez un morceau de papier et un bâton de colle, découper des photos et faites des collages. Fabriquez une poupée avec le sachet pour le mal de l’air. Chantez une comptine sur les cacahuètes en même temps que vous les mangez. Faites comme si vos écouteurs étaient des talkies-walkies d’espion. Tout peut se transformer en jouet !
  6. Soyez indulgents avec les autres, et avec vous-même. Même si vous avez des règles strictes sur la durée que peut passer votre enfant devant la télé, ou sur l’utilisation de la sucette et du doudou, soyez plus clément lors du voyage. Les vols peuvent être éprouvants pour tout le monde, faites tout ce dont vous avez besoin (dans la mesure du possible) pour que le voyage se déroule bien.

Retrouve l’article original ici.

Partage cet article
Suivre
Vagabond Journey édition Française

Laurine Mathieu a écrit 3 articles pour vous.

Previous post:

Next post: