Comment manger pas cher : au menu, des haricots et du riz

Vous voulez manger pas cher ? L’expérience du haricot sec

Les notes d’un carnet de voyage sur les économies réalisées en mangeant des haricots secs. Voyager avec un réchaud électrique ou autre appareil de cuisine, une casserole, et prendre le temps nécessaire à la cuisson de quelques portions de haricots par semaine, pourrait réduire radicalement les coûts du voyage.

Auteur : Wade Shepard (2009)

Le chef d’équipe du projet archéologique sur lequel j’avais travaillé dans la forêt nationale de Tonto en Arizona a passé 7 ans à parcourir le monde.

« Je pensais que je continuerais comme ça pour toujours », m’a-t-il dit un jour.

Mais il s’est marié, s’est plongé dans l’archéologie et est devenu un des meilleurs archéologues pour qui j’ai jamais travaillé.

« Est-ce que ça te démange de repartir ? » lui ai-je demandé.

« Non. »

Il vient d’acheter une maison à Phoenix – sa première – et nous avons plaisanté sur comment un globe-trotteur devient tout à coup sédentaire.

Le chef d’équipe me questionne parfois sur mes voyages et nous comparons nos notes. Nous avons tous les deux voyagé dans les mêmes régions de la planète. Mais je dois admettre que je me sens vraiment stupide quand il me pose des questions sur la nourriture.

« Est-ce que tu as déjà mangé du XXXX au Chili ? »

« Est-ce que tu as déjà mangé du XXXX au Pérou ? »

Je n’avais pas encore eu le courage de lui dire que je mange toujours la même chose peu importe où je me trouve dans le monde : haricots, poulet, œufs, fromage, riz, pain, pâtes, légumes (lire Traveler Food Travel Tip, en anglais).

Haricots secs - bouffe pas cher

Haricots secs – bouffe pas cher

Je mange ces produits car ce sont les moins chers, et je peux le plus souvent les préparer moi-même. Je ne suis jamais tombé dans le tourisme culinaire. Je mange pour avoir suffisamment de carburant pour voyager, et je veux le carburant le moins cher possible !

Aux États-Unis, ma femme et moi-même sommes constamment en train de chercher des moyens pour maintenir notre budget nourriture le plus bas possible. Donc nous avons gardé la même stratégie à l’étranger : nous cuisinons nos repas, nous mangeons des haricots, du poulet, du riz, du pain, des pâtes et des légumes.

Nous avons aussi commencé à faire des expériences avec les haricots secs.

En ce qui concerne le ratio calorie/coût, les haricots secs sont probablement la nourriture la moins cher dans le monde avec le riz. Mais j’avais toujours eu légèrement peur de m’aventurer au pays des haricots secs. Premièrement, les haricots en boîte prêt-à-manger sont relativement peu chers; deuxièmement, il faut beaucoup de temps pour préparer et cuire les haricots secs.

Je ne pouvais pas déterminer si le ratio temps/économies rendrait les haricots rentables. Alors j’ai acheté un paquet de haricots secs pour moins d’un euro et j’ai fait mon expérience.

Il a fallu beaucoup de temps pour les préparer. Je les ai faits tremper dans une casserole remplie d’eau pendant 8 heures.

Ils ont mis longtemps à cuire : même après les avoir faits bouillir pendant 2 heures, ils étaient toujours à peine mangeables.

Mais, à la fin, j’avais une casserole entière qui débordait de nourriture. Une casserole pleine de nourriture hautement protéinée et hautement calorifique pour moins d’un euro. Ma femme et moi avons mangé ces haricots à tous les repas pendant trois jours. Je pense que nous avons eu une réserve de protéines pour 7 repas pour moins d’un euro. Pas mal. Pour avoir autant de haricots avec des boîtes de conserve, j’aurais eu besoin de lâcher au moins deux ou trois euros.

Mais, en réalité, est-ce que dix heures de préparation valent quelques euros d’économie ?

Ces quelques euros économisés plusieurs fois par jour sont du carburant brut pour voyager à travers le monde.

Haricots pinto secs en train de tremper

Haricots pinto secs en train de tremper

En bref, j’ai l’impression que manger des haricots secs devrait devenir une habitude pour que ce soit rentable. Cela devrait devenir quelque chose que je fais une ou deux fois par semaine dans le cadre de ma routine de voyage. Faire tremper les haricots dans la nuit ou les laisser sur le réchaud pendant deux heures ne serait pas vraiment une corvée SI cela devenait partie intégrante de mon mode opératoire habituel.

Cependant je dois reconnaître que si je n’ai préparé des haricots secs en voyageant que de temps en temps, je ne le ferais probablement pas trop souvent. Un petit paradoxe du voyage est que la nourriture qui prend du temps à préparer n’est pas mangée très souvent, peu importe son prix.

Je sais que ma femme et moi pourrions voyager à travers de nombreux endroits dans le monde et vivre de haricots et de riz pour moins d’un euro par jour. Nous transportons notre propre matériel de cuisine (un réchaud électrique et une casserole) et nous prenons le temps nécessaire à la préparation de nos repas.

Utiliser les haricots secs nous permettrait de voyager pour encore moins cher que nous le faisons déjà.

Je suis maintenant un défenseur du haricot sec. Il ne pourrit pas, est relativement léger, et, une fois cuit, représente une bonne source de protéines et de calories pour plusieurs repas. Il peut être cuit une ou deux fois par semaine, puis transporté dans des Tupperware et grignoté à volonté pendant des jours. Il peut être accompagné de riz, pâtes, œufs, légumes ou épices, et transformé en un repas consistant.

Le haricot sec est un bon aliment pour voyager, si vous êtes prêts à cuisiner et à manger un peu chichement.

Je veux continuer à voyager, je veux aller dans le plus d’endroits possible en travaillant le moins possible, je veux avoir autant de temps que je veux pour me promener dans des villes étrangères, parler à des étrangers, me faire des amis, et être avec ma petite famille : je mange donc des haricots et du riz.

Retrouvez l’article original ici.

Partage cet article
Suivre
Vagabond Journey édition Française

Anaïs Bouchon a écrit 3 articles pour vous.

Previous post:

Next post: